Dernières lectures

Sa femme, Emmanuèle Bernheim

« Quelle que soit l’heure à laquelle il arrivait, Thomas restait une heure et quart chez Claire. Jamais plus, rarement moins.
Un jour, elle débrancha son magnétoscope et sa cafetière électrique et dissimula son réveil dans le tiroir de la table de nuit. Ainsi Thomas aurait plus aucun moyen de connaître l’heure et il resterait plus longtemps.
Lorsqu’il sonna à la porte, avant d’aller lui ouvrir, Claire regarda l’heure à sa montre et la rangea dans son sac.
Il était huit heures moins vingt-cinq. « 

Ce roman a reçu le Prix Médicis en 1993.

Petit roman tout court de 115 pages que j’ai lu d’une traite en une soirée…. et j’ai bizarrement beaucoup aimé et en même temps j’ai été assez dérouté par la fin… je me suis même écriée, quoi c’est tout ? Elle est où la chute de l’histoire?….
Le style de ce petit livre est particulier , je ne connaissais pas du tout cette autrice , je pense que je lirais d’autres romans .
Mais tout au long du roman, j’ai aimé être au côté de Claire , cette jeune médecin généraliste qui nous accueille chez elle et dans son cabinet…où on découvre la triste réalité de la vie d’adultère et l’amour secret de cette médecin pour cet homme déjà pris… J’ai bien aimé toutes ces petites lubies, toutes ces petites collections…

Si vous recherchez un petit livre qui se lit vite et bien , je vous le conseille vivement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *